André Raboud

Sculpture

L’art et la vie

Le travail d’André Raboud est profondément marqué par la connaissance et le respect du matériau qu’il utilise principalement, la pierre, le travail de la pierre en taille directe. Les voyages et les rencontres jalonnent son évolution stylistique.

De mère française et de père suisse, il est né à Strasbourg le 6 avril 1949 et s’installe ensuite en Suisse, à Monthey. Il se consacre dès 1969 exclusivement à la sculpture, il expose cette même année à la Galerie de la Salle centrale de Monthey.

En 1972, il se marie avec l’organiste Marie-Christine Theurillat. A partir de recherches formelles centrées sur le thème de l’agression et de la concentration, le corps et sa volupté, il rentre de Crète en 1974 avec un nouveau répertoire fait de signes emblématiques, autels, haches et cornes.

La mort du sculpteur et ami Marco Pellegrini et un voyage en Amérique centrale en 1978 l’amèneront à abandonner la production d’oeuvres d’un esthétisme formel fondé en grande partie sur la sensualité pour se consacrer à des travaux plus symboliques qui prendront la forme de tables sacrificielles et de tombeaux. Il organise, en 1979, pour ses dix ans de sculpture une exposition collective en plein air, dans le parc de la Tour de Duin à Bex. Recherche sur les gisants, les lieux sacrés, les lieux de passage.

Raboud